Nota : il ne s’agit EN AUCUN CAS d’un article visant à promouvoir et à inciter l’usage de cigarettes électroniques qui pour moi devrait être réservé aux personnes majeures.

L’objet de cet article n’est pas de débattre si oui ou non la cigarette électronique est un bon moyen d’arrêter définitivement de fumer, même si mon avis personnel est que oui, mais de vous présenter la récente cigarette électronique connectée produite par Smokio, une startup française.

Présentée avec bon nombre d’objets connectés au CES 2014 à Las Vegas au mois de janvier, elle a la particularité d’intégrer un module bluetooth low energy qui, associé à l’application Smokio pour iOS ou Android, va comptabiliser votre nombre de bouffées et les convertir en nombre de cigarettes. Ces statistiques vous permettent alors d’avoir un aperçu de votre consommation. Accessoirement, l’application va vous informer des heures durant lesquelles vous vapotez mais également de vous géolocaliser.

Les équipes de Smokio ont également intégré un bilan de santé : après avoir renseigné votre consommation de tabac, le nombre d’années pendant lesquelles vous avez fumé et votre date d’arrêt, l’application va calculer, en se basant sur une étude américaine, la nicotine éliminée dans votre organisme, les diminutions des risques d’AVC ou de cancer, l’oxygénation de votre sang, votre capacité pulmonaire et le retour du goût et de l’odorat.

Bien entendu, l’application calculera également les économies substancielles que vous réaliserez.

Ça, c’est le concept. En pratique, vous serez nombreux à penser que tout cela ne sert à rien, que la société Smokio veut surfer sur la vague pour se faire du pognon en vous vendant une cigarette électronique 30 euros plus cher qu’une cigarette équivalente. Dans le fond, vous n’avez pas forcément tord, mais ce n’est à mon avis pas plus inopportun qu’une montre ou qu’un bracelet connecté mesurant pas et calories consommées.

Techniquement, la Smokio emporte une batterie de 900 mah dans laquelle est intégré le module bluetooth. Je trouve dommage cette intégration, je pense qu’il aurait été plus judicieux de dissocier ce mod qui aurait pu être intégré par exemple entre la batterie et le clearomiseur car en cas de soucis avec la batterie, ça éviterait de perdre le module…

Le pack, plutôt classe visuellement, est fourni avec deux clearomiseurs ou réservoirs, un câble USB et un liquide menthe sans nicotine.

Packaging eCig Smokio

À l’usage, la Smokio est vraiment agréable, la densité de vapeur est d’ailleurs réglable à partir de l’application. Les clearomiseurs fournis, avec des embouts plastique, sont de qualité (saveur et vapeur, résistance de 2 ohms). Je n’ai pas goûté le liquide. Les dimensions sont bien pensées et le revêtement de la batterie permet une prise en main agréable.

Côté autonomie, elle reste plutôt limitée : je vapote énormément, une charge est obligatoire tous les jours et demi.

Concernant les applications, attention : la version iOS semble de qualité, je ne l’ai pas testée. L’application Android, quant à elle, a fait d’énormes progrès après des débuts laborieux.

Au final, je ne regrette pas mon achat. Certes, le prix de vente est de 89 euros et certains préfèreront d’autres modéles comme la eVic de chez Joyetech, qui permet de régler aux petits oignons sa cigarette électronique et de profiter d’une autonomie bien plus accrue. Certains diront que l’application ne sert à rien mais personnellement j’aime à savoir comment j’ai consommé et comparer avec ma consommation de tabac antérieure.

Et bien entendu, il y a le côté patriotique. Le module bluetooth est produit en France, contrairement à la batterie qui l’est en Chine et il s’agit d’une boîte française.

J’espère que la Smokio trouvera le succès car au final, il s’agit d’un bon produit.

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter le site officiel et à lire l’interview de Alexandre Prot, co-fondateur de Smokio.

Et vous, qu’en pensez-vous de cette cigarette connectée ?

Dernière édition le 8 mai 2014