Deux mois. C’est le temps pendant lequel j’ai été client chez Free Mobile avant de cliquer sur « valider ma commande » sur le site B&You.

Le comment du pourquoi du parce que, dans la suite.

Comme des centaines de milliers d’entre vous, j’ai été enthousiaste le 10 janvier lors du lancement de Free Mobile et je me suis empressé de souscrire un forfait illimité en usant de la loi Châtel pour me débarrasser de mon Origami bien trop cher.

Mon intérêt dans l’opération ? Une facture divisée par deux et 3 Go de data, car la data c’est bien ce qui est le plus important pour moi dans un forfait téléphonique.

Enfin, je pouvais abuser de mon Nexus S.

Sauf que l’itinérance Orange est consommatrice en énergie et qu’à 18 heures mon téléphone s’éteint, la batterie à sec. Ne pas pouvoir terminer la journée de boulot avec un téléphone, c’est juste pas pensable. J’avais fait un pas en avant niveau autonomie en passant à ICS, j’en ai fait 4 en arrière avec Free.

En fait je n’ai pas trouvé d’autre défaut à Free Mobile, j’ai toujours eu une bonne qualité de communication et des connexions plutôt rapides.

Et puis bon, la revolución c’est grâce à eux et je pense qu’on ne les remerciera jamais assez.

J’ai donc décidé de souscrire chez B&You, pour 4 euros de plus (je suis client Freebox), qui tente d’attirer le chaland en se voulant communautaire et branchouille. On verra. C’est du marketing chewing-gum, mais tant mieux pour eux, ça a marché avec moi.