Voilà, la nouvelle génération des consoles de salons est arrivée et commence à s’installer tranquillement dans des millions de foyers. J’avais suivi de loin ce qu’il se disait ces derniers mois mais les sorties de la Xbox One et de la Playstation 4 arrivant, je me suis posé la question : rester chez Microsoft ou (re)passer chez Sony ?

J’ai passé énormément de bon temps sur Playstation 2, je ne vais pas vous faire un historique complet tout de même, mais la sortie de la Xbox 360 avait complètement modifié ma façon de jouer : jeu en ligne, course aux succès, arrivée des DLC, des démos jouables, les jeux indé sur le Xbox Live Arcade. C’était déjà en 2006. Deux Xbox 360 plus tard, j’étais décidé à poursuivre chez Microsoft, la Xbox One ayant de sérieux arguments à faire valoir et Microsoft ayant, selon moi, plus innové que Sony.

Mais clairement, j’ai été frustré de passer à côté de plusieurs titres exclusifs à la Playstation 3 durant cette génération de consoles : les titres de Naughty Dog, Quantic pour ne citer qu’eux. Autre point important également : les potes s’envoyaient en ligne sur Playstation.

Le 26 novembre, je suis allé sur Fnac.com et j’ai vu que leurs PS4 étaient livrées à partir du mois de janvier. J’ai donc décidé de sauter le pas sur un coup de tête. En me prenant aussi Call of Duty : Ghost que j’avais déjà débuté sur Xbox 360. Choix de jeu classique mais qui assure du poutrage en ligne de longues semaines.

On lisait partout que se précurer une PS4 à sa sortie ou d’une façon plus générale avant Noël était mission impossible si la console n’avait pas été précommandée avant le début de l’automne. Que nenni, ma commande du 26 novembre a été envoyée le 27 et livrée le 29, le jour de la sortie. Sans le vouloir, j’avais une console Day One et je ne me souviens pas de l’avoir déjà fait. J’avais acheté la 360 plus de 6 mois après sa sortie.

Je ne regrette pas mon achat : l’interface qui a été revue est claire et fluide, l’abonnement Playstation Plus propose des services équivalents au Xbox Live Gold et son prix est compétitif. Et il faut bien l’avouer, la console et le pad Dualshock 4 sont vraiment agréables à regarder. Alors oui, j’ai noté quelques petits défauts de clarté dans les menu (annuler le renouvellement automatique du PS Plus depuis la console n’est pas super intuitif), j’aurais aimé que l’interface informe l’utilisateur de la mise en pause des téléchargements en cours comme cela se fait sur 360 ou une notification pour informer de la fin de charge du pad ou de l’état de la batterie… de petites choses qui j’espère seront corrigées dans le futur.

En tout cas, je pense que les années à venir augurent de bonnes choses côté jeux vidéo et à bientôt 32 ans, je suis aussi enthousiaste qu’il y a 20 ans de ce côté là.

Quelque soit votre choix, Xbox One ou Playstation 4, merci à Microsoft et Sony de nous rendre, à 30 ans passés, plus gamins que jamais : c’est que du plaisir.

Playstation 4

Sony Playstation 4